Sélectionner une page

Pourquoi les Big Techs censurent-ils la droite? La réponse réside dans les dons politiques versés par leurs employés.

Une étude rapportait il y a quelques jours que les Big Techs censuraient la droite et protégeait le président Biden contre les républicains aux États-Unis. L’étude en question ne faisait que souligner ce que, au fond, on sait depuis longtemps. Les géants du Web, comme la plupart des médias, mettent à l’index les opinions qui vont à l’encontre de leur trame narrative, donc des opinions de droite. Mais quelle est la raison de cet état de fait?

Pour répondre à cette question, il faut regarder du côté des employés de ces grandes entreprises. Chez Twitter, la tendance pourrait se renverser au cours des prochains mois après l’acquisition de la plateforme par Elon Musk. Mais pour les autres entreprises technologiques qui font partie des Big Techs, peu de changements risquent de se produire.

Or, en 2018, le média en ligne Vox avait passé en revue les dons remis aux partis politiques américains par les employés des 20 plus grandes entreprises du Web. Les chiffres que Vox avait obtenus expliquaient tout : cette année-là, 98,7 % des dons politiques versés par les employés de Twitter s’étaient retrouvés dans les coffres du Parti démocrate. Vous avez bien lu : 98,7 %. Ce sont les employés de Netflix qui ouvraient la voie avec 99,6 % de leurs dons versés aux démocrates. En termes de parti pris, on ne pourrait faire mieux.

Les autres plateformes influentes offraient à peu de choses près le même paysage idéologique : Google, 96 % aux démocrates; Facebook, 94,5 %; Microsoft, 91,7 %. Rien n’indique, à voir les choses, que la situation s’est améliorée chez la droite ces derniers temps. Au contraire : durant la pandémie, ceux qui ont remis en question les mesures sanitaires et l’efficacité des vaccins, ceux-là s’identifiant surtout à la droite, ont été constamment victimes de censure.

Ce qui est le plus inquiétant, c’est que les gouvernements de gauche, entre autres à Paris, à Ottawa et à Washington, font pression sur les Big Techs pour qu’elles exercent encore plus de censure. Peut-on encore parler de démocratie?


Sources

Vox

Pour faire un don