Sélectionner une page

Le groupe terroriste souhaite que des partisans commettent des attaques en son nom durant les festivités des Fêtes.

D’après le quotidien britannique The Sun, l’État islamique (EI) serait en période recrutement pour des attaques ciblées durant les festivités de Noël, une opération qui passerait par l’application mobile de partage de vidéos Tik Tok. Le Sun a déniché des dizaines de comptes dans lesquels l’EI diffuse sa propagande sur ce réseau social très populaire chez les jeunes.

Dans l’une des vidéos publiées ces derniers jours, on peut voir en arrière-plan des images de marchés et de célébrations de Noël tandis qu’un narrateur demande aux partisans de l’EI de se préparer « à verser le sang de ces Kufar (mécréant) ». Il les invite en outre à devenir des kamikazes et leur conseille de porter les mêmes vêtements que les Occidentaux pour mieux se fondre dans la foule.

Ces vidéos seront sûrement prises au sérieux en Occident, en particulier au Royaume-Uni, où le niveau de menace terroriste a monté d’un cran depuis l’attentat à la voiture piégée qui s’est produit à Liverpool le 14 novembre dernier. Les autorités craignent entre autres les « loups solitaires », inspirés pour la plupart par ce type de vidéos de l’État islamique.

La police de Milan, en Italie, a d’ailleurs annoncé mercredi avoir arrêté une femme de 19 ans soupçonnée de liens avec le terrorisme international. Son téléphone portable contenait des vidéos de décapitations produites par la section de l’EI spécialisée dans la propagande, ainsi qu’une photo du kamikaze qui s’est fait exploser devant l’aéroport de Kaboul en août, tuant 183 personnes.

Le Sun spécifie que les vidéos qu’il avait répertoriées ont été supprimées par TIKTOK après qu’elles eurent été signalées auprès du fournisseur. « Nous n’autorisons pas les gens à utiliser notre plateforme pour menacer ou inciter à la violence, ou pour promouvoir des organisations terroristes », a-t-on déclaré de ce côté. « Tout compte qui enfreint ces règles sera immédiatement supprimé ».

On veut bien croire les porte-parole de l’entreprise, mais la même chose s’était produite en octobre 2019 lorsque des dizaines de comptes de propagande de l’État islamique avaient été supprimés à la suite de signalements par des utilisateurs.


The Sun, Wikipedia

 

Pour faire un don