Sélectionner une page

Ces doses devaient être distribuées à l’extérieur du Canada, mais elles n’ont pu l’être avant leur date d’expiration.

Le gouvernement fédéral a dû jeter près de 15 millions de doses de vaccin anti-COVID périmées, dont près de 14 millions de doses d’AstraZeneca destinées à l’alliance COVAX, a rapporté le National Post. Les doses restantes provenaient de Moderna. Les pertes liées au vaccin d’AstraZeneca sont donc d’autant plus malheureuses qu’elles avaient été offertes à d’autres pays, mais elles ont pris le chemin des ordures en raison de leur péremption.

COVAX est né d’une initiative conjointe de l’Organisation mondiale de la santé, de l’alliance vaccinale GAVI et de la Coalition for Epidemic Preparedness Innovations. Son objectif est d’assurer une distribution équitable des vaccins dans le monde, notamment chez les pays en développement. Or, l’organisme ne voulait pas des doses réservées par le Canada, car il en détenait déjà en surplus, si l’on se fie à ses dires. 

Chez Santé Canada, on blâme plutôt la faible demande ainsi que la réticence face à la vaccination et les « défis » que pose la distribution des vaccins dans les pays bénéficiaires pour expliquer le gaspillage. En 2020, Ottawa a signé des accords d’achat anticipé avec sept fabricants, d’une valeur de plus de 9 milliards de dollars. Les accords garantissaient que le Canada allait recevoir plus de 500 millions de doses, soit suffisamment pour vacciner chaque Canadien plus de 10 fois. Selon des documents déposés au Parlement, le pays s’est procuré 153,4 millions de vaccins contre le COVID-19 en date du 21 avril dernier. Un peu plus de la moitié, soit 83 millions de doses, avaient été administrées aux Canadiens.

Le Canada est l’un des pays les plus vaccinés au monde avec un des taux de vaccination de plus de 80 % chez les adultes ayant reçu au moins deux injections. Ce sont surtout Pfizer et Moderna qui constituent le gros des doses administrées chez la population, ce qui signifie que les doses que le Canada a obtenues d’autres compagnies risquent à terme de dormir dans les congélateurs et de subir le même sort que celles d’AstraZeneca.


Sources

The National Post

Pour faire un don