Après avoir pris part à des jeux en octobre 2019 à Wuhan, ils avaient été placés en quarantaine, et ce, avant la pandémie.

La France avait déjà fait allusion à cette possibilité, d’autres pays aussi, mais sans le crier sur les toits. Le Canada, lui, a préféré garder le silence. Le média Rebel News a interviewé une source au sein des Forces armées canadiennes qui aurait déclaré que des militaires canadiens revenus de Wuhan en octobre 2019 avaient été placés en quarantaine, soit plus de deux mois avant que l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) ne soit mise au courant d’une épidémie de pneumonie.

Selon des documents que Rebel News a pu obtenir, 176 soldats canadiens ont participé aux 7e Jeux mondiaux militaires qui se sont déroulés en octobre 2019 à Wuhan, dans la province du Hubei, en Chine. Or, selon la source du média en ligne, un tiers de ces 176 militaires avait été placé en quarantaine à l’arrière de l’avion qui les ramenait au Canada.

Mais à leur retour, rapporte Rebel News, « les hauts gradés des forces armées ont décidé de mettre fin à la quarantaine des soldats et de les renvoyer chez eux ». Étonnamment, lorsque les informations sur le virus circulaient de plus en plus dans les médias en janvier, plusieurs de ces militaires ont demandé à être testés. Ils ont essuyé un refus de leur état-major.

Des médias français avaient révélé en mai l’an dernier que plusieurs athlètes, de retour des Jeux mondiaux militaires de Wuhan, s’étaient plaints de symptômes à leur retour. Elodie Clouvel, la championne du monde de pentathlon moderne, avait glissé un mot à ce sujet. « On était à Wuhan pour les Jeux mondiaux militaires fin octobre. Et, en fait, il s’avère qu’après, on est tous tombés malades. […] J’ai eu des trucs que je n’avais pas eus avant. On ne s’est pas plus inquiété que ça parce qu’on n’en parlait pas encore », avait-elle dit.

Wuhan, faut-il le préciser de nouveau, a été l’épicentre du COVID-19, là où les premiers cas ont été détectés. 


Source

Le Parisien, Radio-Canada, Rebel News

 

Pour faire un don