Sélectionner une page

Même le programme international COVAX ne veut plus des vaccins du Canada. Un gâchis signé Trudeau.

La ministre canadienne des Services publics et de l’Approvisionnement, Filomena Tassi, a déclaré aux médias mardi que son gouvernement avait contacté le programme international COVAX pour lui remettre ses vaccins inutilisés, mais qu’il avait essuyé un refus. La raison : COVAX n’en a tout simplement plus besoin.

La réponse des dirigeants du programme de distribution de vaccins à l’échelle internationale doit embarrasser Ottawa, car des doses inutilisées, il y en a à foison dans les congélateurs du gouvernement : plus de 14 millions de doses en date du 14 avril, selon l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC). Parmi ceux-là, 429 450 doses du vaccin de Moderna expireront d’ici la fin avril. Déjà, quelque 759 948 doses de Moderna ont été gaspillées le mois dernier après avoir expiré le 21 mars.

Voilà pourquoi on a fait appel à COVAX. Mais celui-ci n’en veut plus. Alors l’une des solutions proposées pour éviter le gaspillage est de revoir la distribution aux provinces. Le problème est que ces dernières font également face à des surplus. Le Devoir rapportait fin mars que « plus de 4,3 millions de doses deviendront inutilisables d’ici la fin de l’été si Québec ne trouve pas preneur, un gaspillage de près de 161,25 millions de dollars d’argent du gouvernement fédéral ».

En fait, le Québec possède 3,8 millions de doses dans ses stocks; le Manitoba 320 000, et là aussi plusieurs de ces doses vont expirer sous peu. Ailleurs au pays, on offre un portrait de la situation relativement similaire. Et comme on ne se bouscule plus pour se faire vacciner, surtout que les vaccins sont de moins en moins efficaces contre les nouvelles variantes, alors les pertes seront substantielles. Le gouvernement en a-t-il trop acheté?

Ottawa s’est procuré 30 millions de doses auprès de Moderna en 2022, 35 millions pour 2023 et 35 autres millions pour 2024, de même qu’il a acheté 65 millions de doses du vaccin de Pfizer cette année et 60 millions pour 2023 et 2024 chacune. Exagéré?

Les gaffes s’accumulent chez les gestionnaires à Ottawa. On apprenait il y a quelques semaines qu’il en avait coûté 106 millions de dollars aux contribuables canadiens pour que leur gouvernement leur procure de l’équipement de protection qui n’a jamais été livré par les fabricants.

Le fédéral a d’ailleurs été largement critiqué pour sa mauvaise gestion en matière d’équipements de protection. À ce titre, Services publics et Approvisionnement Canada (SPAC) a conclu des contrats à long terme avec deux fabricants de masques, soit 250 millions de dollars sur cinq ans avec la société américaine de biens industriels 3M, et 382 millions sur 10 ans pour le fabricant montréalais Medicom. Jusqu’à tout récemment pourtant, Ottawa a distribué des masques fabriqués en Chine aux provinces et aux employés des services fédéraux.


Sources

Global News, Kelly Brown, Le Devoir, TNC

Pour faire un don