Sélectionner une page

Pour les plaignants, Washington a violé le premier amendement en censurant les points de vue divergents sur la pandémie.

Le président américain Joe Biden, le responsable américain de la lutte contre le COVID, Anthony Fauci, et d’autres personnalités liées directement ou indirectement à la Maison-Blanche font l’objet d’une poursuite de deux États américains, la Louisiane et le Missouri, en collaboration avec des scientifiques pour « avoir violé le premier amendement [de la constitution américaine] en ordonnant aux entreprises de médias sociaux de censurer les points de vue qui entrent en conflit avec les messages du gouvernement sur le COVID-19 ».

Parmi les plaignants figurent Martin Kulldorff et Jay Bhattacharya, deux scientifiques qui ont mis sur pied et signé la Déclaration de Great Barrington dans laquelle ils désapprouvent les mesures sanitaires imposées par les gouvernements, en particulier les confinements. Pour ces deux experts, il fallait préférablement placer les malades en quarantaine, isoler les personnes vulnérables et permettre à celles qui sont en bonne santé de mener leur vie normalement, avec une certaine prudence. Aucun gouvernement ne les a pourtant écoutés.

Pire, on les a censurés sur les réseaux sociaux, entre autres sur Twitter et YouTube. « Cette censure insidieuse était le résultat direct de la campagne en cours du gouvernement fédéral [des États-Unis] qui consiste à faire taire ceux qui expriment des points de vue contraires à ceux de l’administration Biden », affirme la New Civil Liberties Alliance dans une déclaration publiée mardi.

La censure joue sur plusieurs fronts : comptes de réseaux sociaux suspendus pour une période déterminée ou non, comptes carrément supprimés, démonétisation, restrictions dans l’accès au contenu, retrait de contenu, messages d’avertissement, les méthodes ne manquent pas. Les gouvernements, par l’entremise des réseaux sociaux, décident donc de ce qui doit être dit, sans tenir compte des compétences des messagers, ce qui contrevient aux chartes constitutionnelles.

Justement, Martin Kulldorff et Jay Bhattacharya, deux éminents experts, ont eux-mêmes été l’objet de censure. En mars 2021 par exemple, YouTube a retiré une vidéo mettant en scène le gouverneur de la Floride, Ron DeSantis, qui discutait des mesures sanitaires avec Kulldorff, Bhattacharya et deux autres scientifiques reconnus, soit Sunetra Gupta, de l’Université Oxford, et Scott Atlas, de Stanford.

Pour expliquer son geste, YouTube a déclaré que le contenu de la vidéo contrevenait au « consensus des autorités sanitaires locales et mondiales concernant l’efficacité des masques pour empêcher la propagation du COVID-19 ». D’autres experts de renom ont aussi été victimes du couperet des réseaux sociaux.


Sources

New Civil Liberties Alliance #1, #2, The Federalist

Pour faire un don