Sélectionner une page

« Les oléoducs vont sauter ». L’homme a beau avoir 85 ans, il agit toujours comme un voyou qui en a 60 de moins.

L’environnementaliste David Suzuki a encore démontré ce week-end qu’il n’était rien d’autre qu’un extrémiste : « Des oléoducs vont sauter si nos dirigeants ne font pas attention à ce qui se passe », a-t-il déclaré samedi lors d’une manifestation de l’organisme Extinction Rebellion à Victoria, en Colombie-Britannique. Sans surprise, des journalistes sont tout de suite venus à la rescousse de l’homme vert en disant que sa déclaration était plus un avertissement qu’une menace.

Mais ce dernier n’en était pourtant pas à sa première provocation du genre, comme je l’ai souligné dans cet article. Contentons-nous de rapporter que l’environnementaliste a déjà dit espérer que le nombre d’êtres humains soit grandement réduit, même si cela prend une « épidémie de grippe espagnole ». On peut se permettre de penser qu’il était heureux d’apprendre en mars 2020 que le monde venait d’entrer dans une période pandémique.

Dans un autre discours sectaire qu’il avait prononcé à l’Université McGill, à Montréal, Suzuki avait dit souhaiter que les politiciens qui restent sourds à la menace des changements climatiques soient emprisonnés séance tenante.

L’homme, à qui le réseau CBC a confié une émission malgré ses penchants extrémistes, est aussi connu pour son hypocrisie. Aux dernières nouvelles, il possédait deux maisons dans le quartier haut de gamme de Kitsilano, à Vancouver. Valeur desdites propriétés : 15 millions pour la principale, un peu plus d’un million pour la seconde. Il posséderait également une propriété riveraine sur l’île de Quadra, en Colombie-Britannique, dont la valeur se situerait dans les sept chiffres, de même qu’il disposerait d’une maison de vacances en Australie.

Quant à Extinction Rebellion, l’organisme qui chapeautait la manifestation à laquelle participait Suzuki, il n’a guère meilleure presse. Une porte-parole a d’ailleurs invoqué la désobéissance civile à la télé française en marge de la conférence COP26.


Sources

The National Post, TV5

 

Pour faire un don