Gare à ceux qui refuseront de s’isoler s’ils attrapent le COVID, car ils pourraient se retrouver dans le pétrin.

Au moins quatre États allemands ont décidé de recourir aux pouvoirs d’urgence qui leur sont accordés en temps de crise pour sévir contre ceux qui refuseront d’entrer en quarantaine après avoir été exposés au coronavirus. Ceux-là seront envoyés dans des camps de détention, rien de moins.

La Saxonie devrait sous peu entreprendre des travaux d’aménagement en ce sens. Trois autres États, le Bade-Wurtemberg, le Brandebourg et le Schleswig-Holstein, ont déjà fait part de leur intention d’appliquer les mêmes mesures.

Dans le Bade-Wurtemberg, deux hôpitaux disposeront de chambres réservées aux récidivistes qui seront placés sous bonne garde. Le Brandebourg utilisera une section d’un centre de réfugiés, tandis que le Schleswig-Holstein établira une zone contrôlée dans un centre de détention pour mineurs.

Les États allemands disposent de tels pouvoirs depuis mars 2020 après que le Bundestag eut voté une loi d’exception, laquelle a été reconduite en novembre dernier.

Ces nouvelles mesures ne plaisent pas à tout le monde, tant s’en faut. Certains comparent ces centres de détention avec les prisons politiques de l’ancienne Allemagne de l’Est. Joana Cotar, députée du parti populiste Alternative pour l’Allemagne, a accusé le gouvernement de l’État de Saxe de « lire trop d’Orwell », en référence à George Orwell, l’auteur du célèbre roman dystopique 1984.


 Sources

The Telegraph

 

Pour faire un don