Sélectionner une page

Au moment où la France pleure Lola, tuée par une Algérienne, un Somalien abat deux personnes en Allemagne.

J’ai écrit à foison sur les attaques de migrants en Allemagne, entre autres dans ce dossier complet, ou encore dans cet article. Mais l’Allemagne étant l’Allemagne, avec son lot de personnalités politiques amorphes et trop à l’écoute de la gauche mortifère, rien n’y change : un migrant somalien a fait deux morts mardi dans une autre attaque au couteau, cette fois à Ludwigshafen.

« Pour le moment, aucun mobile n’a pu être mis en avant par les enquêteurs », nous apprend CNews. Ce drame survient après qu’une Algérienne arrivée en France en 2016 a été inculpée lundi pour meurtre et viol avec acte de torture et de barbarie sur mineure de moins de 15 ans, selon l’AFP. Ce crime sordide a relancé le débat sur l’immigration en France, mais la gauche a eu tôt fait de jouer la carte du « pas d’amalgame ». Un scénario répétitif qui nous laisse entrevoir des lendemains amers pour les réformistes.

Dans les cercles politique et médiatique, on ne parle pas de ces liens entre crimes et immigration. Un sujet tabou. Les morts? Rien à cirer; il faut protéger les migrants. Pourtant, en Allemagne, pour citer cet exemple, les étrangers sont responsables de plus de 39 % des meurtres commis sur le territoire et de 56,25 % des condamnations pour homicide involontaire, alors même qu’ils ne représentent qu’environ 12 % de la population allemande. Entre 2000 et 2020, le nombre de personnes d’origine autre qu’allemande reconnues coupables de meurtre est passé de 29,27 % à 39,02 %.

Dans la région de Rhénanie du Nord-Westphalie, les étrangers et les migrants, qui représentent environ 14,8 % de la population, sont responsables de près de la moitié des viols collectifs. En Basse-Saxe, autour de 17 % des crimes violents attribués aux réfugiés étaient le fait de demandeurs d’asile nord-africains qui représentent moins de 1 % de la population réfugiée de cet État.

L’Europe doit aussi faire face à une haine de plus en plus perceptible de la part de ceux qu’elle accueille. En pleine semaine sainte en avril dernier, un groupe de réfugiés d’âge mineur a perturbé une procession catholique à Granada, en Espagne, et un groupe de Maghrébins a tenté d’attaquer un cortège semblable à El Vendrell, toujours en Espagne.

À l’heure où médias et politiciens parlent d’islamophobie, ils seraient bien avisés de parler aussi de christianophobie. Les chrétiens sont de loin le groupe religieux le plus persécuté au monde; plus de 260 millions seraient victimes d’exactions dans de nombreux pays. La Society for Human Rights de Francfort, en Allemagne, avance un chiffre plutôt alarmant sur ce point : alors que seulement 30 % de la population mondiale s’identifie à la communauté chrétienne, 80 % de tous les actes de discrimination religieuse sont dirigés contre ce groupe.


Sources

AFP via Le Journal de Montréal, Christian Today, CNews, EU Today, Medforth, Persecution.org, Wikipedia

Pour faire un don