Sélectionner une page

Bill Clinton et Tom Brady s’étaient laissé séduire par le projet. Les démocrates en avaient quant à eux profiter.

FTX Trading, l’une des principales plateformes d’échange de cryptomonnaie, a provoqué un tremblement de terre dans le monde de la finance vendredi en déclarant faillite. L’événement a été des plus spectaculaires : basée aux Bahamas, FTX a été contrainte de déposer son bilan après un vol de 515 millions de dollars commis lors d’une opération du piratage informatique. Apprenant la nouvelle, des clients se sont précipités pour retirer leurs fonds, mais il était déjà trop tard.

Rien de surprenant, puisque le PDG de FTX, Sam Bankman-Fried, aurait détourné 10 milliards investis par ses clients pour les acheminer vers sa société commerciale Alameda Research, dirigée par Caroline Ellison, sa tendre moitié. Une grande partie de ces 10 milliards se seraient évaporés. Dans la débâcle, Bankman-Fried a perdu la totalité de sa fortune évaluée à 16 milliards de dollars.

Les premiers signes

Les ennuis de ce dernier ont commencé la semaine dernière lorsque Binance, une société rivale, a annoncé qu’elle se départissait de ses FTT, la cryptomonnaie utilitaire de FTX. Financièrement mal en point, celle-ci a dû se tourner vers d’autres entreprises pour se faire renflouer.

Étrangement, Binance avait initialement montré de l’intérêt pour le rachat de la société, mais elle s’est finalement retirée du marché, ses dirigeants ayant constaté qu’il n’était pas dans leur intérêt d’aller de l’avant avec le projet. Les analystes de Binance avaient remarqué de nombreuses failles dans la gestion de FTX. Cette dernière, dans la procédure de faillite, a déclaré un passif de 10 à 50 milliards de dollars qu’elle doit à plus de 100 000 créanciers.

Sam Bankman-Fried et deux associés ont été placés en résidence surveillée aux Bahamas alors que le trio prévoyait de fuir à Dubaï. FTX fait maintenant l’objet d’une enquête de la Securities and Exchange Commission (SEC) des États-Unis.

Deuxième plus gros fournisseur de fonds aux démocrates

On dirait bien que Bill Clinton ne se trouve jamais au bon endroit au bon moment. C’est que l’homme est apparu en compagnie de l’ex-premier ministre britannique Tony Blair et de Sam Bankman-Fried lors d’un sommet sur la cryptomonnaie en avril 2022. Les deux hommes avaient l’air enthousiastes à l’idée de promouvoir une compagnie qui avait le vent dans les voiles. On aimerait bien voir leur figure maintenant qu’ils savent qu’ils ont été bernés.

Bankman-Fried adore les démocrates. L’ex-gourou de la crypto a craché 40 millions de dollars pour les distribuer à des candidats de ce parti lors des dernières élections, ce qui a fait de lui le deuxième plus grand donateur individuel des démocrates après le milliardaire George Soros. Il s’agissait d’un geste tout aussi idéologique que mercantiliste.

Car l’homme s’est rendu à plusieurs reprises à Washington pour faire du lobbying dans le but de favoriser la réglementation en matière de cryptomonnaie. À cet égard, le Washington Free Beacon a rapporté que Bankman-Fried aurait rencontré le principal conseiller du président américain Joe Biden, Steve Ricchetti, les 22 avril et 12 mai dernier. Gabe Bankman-Fried, le frère de l’autre, s’est également pointé à la Maison-Blanche le 7 mars pour les mêmes raisons.

Ces sentiments envers les démocrates seraient d’ailleurs une affaire familiale. La mère de Bankman-Fried, Barbara Fried, est à la tête de Mind the Gap, un réseau formé en 2018 pour venir en aide au parti démocrate. Mind the Gap a discrètement acheminé plus de 20 millions à la caisse des démocrates lors des élections de 2018 et de 2020.

Sam Bankman-Fried a également versé au moins un million à un chouchou des démocrates, le gouvernement ukrainien de Volodymyr Zelensky.

Plusieurs ont mordu à l’appât

On l’a dit, l’ex-PDG de FTX est apparu aux côtés de Bill Clinton et de Tony Blair lors d’un sommet sur la cryptographie en avril. Mais ces deux hommes ne sont pas les seuls à s’être laissé prendre au jeu. Car Bankman-Fried a également été vu en compagnie de Tom Brady dans des publicités télévisées et des vidéos sur les réseaux sociaux. Le célèbre quart-arrière de la NFL et son ex-épouse avaient conclu un partenariat avec FTX, ce qui comprenait une participation dans la société.

Puis en 2021, celle-ci avait signé un accord de 135 millions étalés sur 19 ans avec le Miami Heat de la NBA afin de nommer le domicile de l’équipe FTX Arena. La même année, le baseball majeur avait lui aussi conclu un accord avec la société pour que celle-ci devienne la crypto-bourse officielle de la ligue.

De son côté, le Forum économique mondial (FEM) avait fait de FTX un partenaire de premier plan. La page consacrée à la société de cryptomonnaie sur le site du FEM a été supprimée depuis vendredi.


Sources

CoinDesk, Forum économique mondial, Iain Martin, Marketwatch, The Blaze, The Boston Globe, The Daily Mail, The New York Post, The Post Millennial, Vox

Pour faire un don