Sélectionner une page

L’État voyou est malgré tout à l’abri de la critique, car il peut compter sur de nombreux défenseurs en Occident.

On peut se demander pourquoi le gouvernement chinois n’est pas davantage désigné comme le pire voyou dans le monde en matière d’environnement. Dans la liste des villes du monde qui émettent le plus de gaz à effet de serre, 23 des 25 premières se trouvent en Chine.

Pendant que les pays occidentaux, malgré qu’ils emploient diverses méthodes pour réduire leurs émissions de carbone, sont constamment pointés du doigt à cet égard, la Chine, elle, pourrait voir ses taux de pollution augmenter de 14 à 25 % d’ici 2030 sans que médias et politiciens de ce côté-ci de l’Atlantique s’en émeuvent. En outre, en 2019, les émissions de gaz à effet de serre dans cet État asiatique ont dépassé celles de l’ensemble du monde développé.

L’Empire du Milieu, qui s’en est plutôt bien tirée après avoir propagé un virus mortel aux quatre coins du globe, s’en tire tout aussi bien dans le domaine environnemental. Il dispose même de ses propres lobbyistes extraterritoriaux. Aux États-Unis par exemple, une cinquantaine de groupes environnementaux ont récemment envoyé une lettre au président Biden l’exhortant à être moins agressif envers Pékin, évoquant la coopération entre les deux entités pour ne pas nuire à la lutte contre les changements climatiques et à l’économie américaine. Naïveté?

Car la Chine est un véritable État voyou, mais il s’en trouve peu en Occident pour l’accuser publiquement. Le réseau Reuters révélait en juillet que le plus grand lac chinois d’eau douce avait été décimé en raison de l’industrie de l’extraction du sable. Toujours en juillet, on apprenait que des navires chinois déversaient de grandes quantités de déchets humains dans la mer de Chine méridionale près des Philippines, ce qui entraîne une catastrophe écologique sans précédent.

Des cas de ce genre, on en retrouve partout dans le monde, mais certainement plus en Chine qu’ailleurs. Quand va-t-on finir par la pointer du doigt?


Sources

Breitbart News, Frontiers in Sustainable Cities, Twitter, ZeroHedge

 

Pour faire un don