Sélectionner une page

Si vous croyez que 2+2 = 4, c’est que vous êtes un suprémaciste blanc, selon une prof. Une folle? Elle n’est pas seule…

Pour Heather Theijsmeijer, une enseignante en mathématiques en Ontario, les maths seraient racistes. Deux plus deux font quatre? Si vous ajoutez foi à cette formule — comme on vous l’a d’ailleurs enseigné à l’école —, alors vous faites preuve d’un racisme « dissimulé » ou subtil, selon un message que l’enseignante a laissé sur Twitter. Son compte sur ce réseau social est désormais protégé, probablement parce qu’elle a dû faire face à une flambée de critiques.

Si vous croyez que Theijsmeijer est la seule de sa catégorie, détrompez-vous. Son message fait partie d’une tendance croissante dans l’éducation, qui vise à adopter de nouveaux principes d’enseignement des mathématiques basés sur la théorie critique de la race. Pour ceux qui l’ignorent, la théorie critique de la race, qui trouve son origine aux États-Unis, postule que le racisme est inhérent aux institutions américaines. En d’autres termes, l’homme blanc doit reconnaître, selon cette tendance, qu’il pratique le racisme systémique.

C’était à prévoir, la théorie s’est diffusée dans l’ensemble de l’Occident. L’an dernier, le programme de mathématiques de 9e année en Ontario décrivait les mathématiques comme une méthode subjective qui normalise le racisme et renforce les « connaissances mathématiques eurocentriques ».

Ailleurs au Canada, et dans plusieurs États américains, de nombreuses commissions scolaires ont également pris les maths pour modèle dans le but d’expliquer le racisme systémique à leurs élèves. Le Washington Post a soulevé la question dans son édition du 15 décembre 2021. The Atlantic l’avait fait quatre ans plus tôt.

Alors, si vous rencontrez un « woke » (extrémiste de gauche), ne lui dites surtout pas que deux plus deux font quatre…


Sources

The Atlantic, The Post Millennial #1, #2, The Washington Post

Pour faire un don