Sélectionner une page

On savait déjà que la Silicon Valley censurait la droite, mais on connaît maintenant l’ampleur de cette censure.

Une étude du Media Research Center, des États-Unis, montre que les grandes entreprises de la Silicon Valley exercent un parti pris systématique en servant de bouclier à l’administration Biden contre ses opposants politiques. L’étude en question a répertorié 646 exemples de censure pratiquée sur les réseaux sociaux ces deux dernières années à l’endroit des critiques de Biden.

Le cas le plus patent concerne la controverse autour de l’ordinateur portable appartenant au fils du président, Hunter Biden. Rappelons que les journaux The Daily Mail et The New York Post avaient mis la main sur le contenu compromettant de l’ordinateur portable de Hunter Biden, qu’il avait abandonné dans un atelier de réparation à Wilmington, au Delaware, en avril 2019, sans jamais le récupérer. Les deux médias avaient publié des articles sur le contenu dudit ordinateur en octobre 2020, soit quelques semaines seulement des élections présidentielles américaines.

Les médias pro-démocrates avaient ignoré l’histoire, la qualifiant même de « fake news », tandis que les Big Techs avaient interdit toute publication sur le sujet, ce qui avait contribué à faire basculer les élections de 2020 en faveur de Joe Biden. Le New York Times, l’un de ceux qui avaient boudé la controverse pour ne pas nuire aux chances de Biden de remporter la présidentielle américaine, a dû admettre il y a quelques semaines que toute l’histoire était vraie.

Un autre exemple, plus récent celui-là, se rapporte à Facebook qui a censuré un organisme, Heritage Action, pour avoir publié une vidéo citant les déclarations embarrassantes de Biden sur la politique énergétique. Facebook a appliqué une sorte de filtre sur la vidéo qui limite la portée de la publication. Ce genre de tactique est d’ailleurs employée régulièrement non seulement par Facebook, mais aussi par Twitter et YouTube.

On sait depuis longtemps que les personnalités et médias les plus censurés par ces entreprises du Web sont principalement conservateurs. On retrouve dans cette catégorie Donald Trump, le sénateur républicain Ted Cruz et d’autres personnalités de droite, ainsi que le New York Post, le Washington Free Beacon et The Federalist chez les médias.


Sources

Newsbusters

 

Pour faire un don