Sélectionner une page

On aimerait bien que les personnalités publiques et les médias passent à autre chose.

Joe Biden a été infecté par le COVID-19 deux fois dans la même semaine, alors qu’il a reçu quatre doses et qu’il se masque le visage en public. Il y a quelques heures, on apprenait que le ministre allemand de la Santé, Karl Lauterbach, avait lui aussi contracté le virus. Sa situation est similaire à celle de Biden puisque, comme celui-ci, il a également reçu quatre doses. Qui plus est, Lauterbach est un grand promoteur du port du masque.

D’autres avant eux ont subi le joug du COVID même après quatre injections de vaccin. Mais alors que se passe-t-il? Réponse : « pour la plupart, une quatrième dose n’offre qu’un bénéfice marginal contre le COVID-19, dont une protection de courte durée […], même chez les groupes vulnérables ».

Ces propos ne proviennent pas d’un complotiste quelconque, mais de CBC/Radio-Canada, un réseau de surcroît fort complaisant à l’endroit des autorités sanitaires. Le média canadien cite une étude récente menée en Israël dont les résultats ont été publiés dans le New England Journal of Medicine (NEJM) et qui a conclu que l’efficacité du vaccin contre le virus commençait à décliner après seulement quelques semaines.

CBC/Radio-Canada a cité une autre étude israélienne publiée cette fois dans le British Medical Journal (BMJ) et qui en est arrivée à peu de choses près à la même conclusion.

Les Canadiens semblent d’ailleurs avoir la tête ailleurs. À la mi-juillet, moins de la moitié avait reçu une troisième dose. On est donc bien loin de la quatrième. Quant aux masques, ils n’ont jamais empêché le Québec de détenir la pôle position pour ce qui est du nombre de cas au Canada.


Sources

CBC, Summit News

Pour faire un don