Sélectionner une page

L’élite new-yorkaise est minée par une affaire sordide qui rappelle un certain Jeffrey Epstein. Qui sont les clients?

La terre tremble à New York, mais avec ce qui se passe en Ukraine, c’est un peu comme si l’affaire qui est responsable de cet état de fait était repoussée jusque dans les limbes de l’Histoire. Pourtant, elle rappelle un scandale encore tout frais dans nos mémoires et qui porte un nom : Jeffrey Epstein.

Mardi, une liste de présumés clients d’une organisation que d’aucuns ont qualifiée de « secte sexuelle » a été publiée en ligne par erreur. Une bourde commise par le département américain de la Justice, rien de moins. Un journal, le Daily Mail, a mis la main sur une copie de la liste qui comprend 121 noms.

Mais d’abord, parlons du scandale comme tel. L’affaire remonte à 2010 et implique un homme du nom de Larry Ray, qui subit son procès à New York pour avoir dirigé un réseau de prostitution à partir d’un dortoir rattaché au Sarah Lawrence College, tout près de la métropole, où sa fille résidait. Larry Ray lui-même est resté quelque temps dans le dortoir et y aurait fait la rencontre d’au moins cinq étudiantes qui auraient participé à la fameuse « secte sexuelle », si l’on se fie au Daily Mail.

La liste de clients publiée par inadvertance aurait été compilée par l’une de ces anciennes étudiantes et prostituées, Claudia Drury. Dans son témoignage, Drury a déclaré qu’elle avait remis à au moins une reprise plus de 2,5 millions de dollars de revenus perçus en une année à un trio de proxénètes comprenant Larry Ray, sa fille Talia et sa « lieutenante » et coaccusée Isabella Pollok.

Ray, qui semblait exercer de l’ascendant sur les filles, d’après leurs dépositions, aurait eu recours à la violence, à la peur et à la manipulation, selon les procureurs chargés du dossier. L’homme a été arrêté en 2020 et est resté incarcéré depuis.

Qui sont les clients?

Le Daily Mail n’a divulgué aucun des 121 noms de clients figurant sur la liste, mais a fourni quelques indices. Des avocats et des hommes d’affaires de la grande région de New York, entre autres, y apparaîtraient. Le journal britannique parle aussi d’un cadre supérieur de l’entreprise de vêtements Gap et de son mari, qui formeraient l’un des deux couples inclus dans la liste.

Parmi les autres clients :

  • un ancien juge de la Cour suprême de l’État de New York;
  • un peintre qui possède des studios dans l’East Village de Manhattan et en Italie;
  • un architecte connu pour avoir conçu des bâtiments collégiaux et universitaires;
  • le directeur d’une firme d’investissements qui avait également fait partie des clients du cercle Epstein;
  • un gestionnaire de fonds spéculatifs dont le nom figure sur la façade d’un musée à New York;
  • un lobbyiste de Washington qui a oeuvré pour un mouvement de résistance à l’étranger;
  • un homme d’affaires dans l’industrie du diamant;
  • un haut cadre chez Amazon;
  • un écrivain.

Le procès de Larry Ray a dû être retardé, car l’homme a été transporté à l’hôpital, victime d’un malaise.


Sources

The Daily Mail

 

Pour faire un don