Strasbourg veut subventionner une mosquée gérée par Milli Gorus, une association proche du despote turc Erdogan.

L’idée de la mairie de Strasbourg d’octroyer une subvention de 2,5 millions d’euros à une mosquée appartenant à une organisation proche du despote turc Erdogan a soulevé une vive controverse en France.

La nouvelle avait entre autres fait réagir le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin qui n’avait pas tardé à écorcher la mairie de Strasbourg le 22 mars dernier à ce sujet. « Vivement que tout le monde ouvre les yeux et que la loi [contre le] séparatisme [islamique] soit bientôt votée et promulguée », avait-il déclaré sur Twitter. Le ministre en a rajouté depuis, disant désormais vouloir exclure l’association en question, Milli Gorus, et deux fédérations n’ayant pas signé « la Charte des principes de l’islam de France ».

Milli Gorus

La subvention représenterait 10 % du montant des travaux de construction de la mosquée Eyyub Sultan, gérée par la Confédération Islamique Milli Gorus (CIMG). Le lieu de culte sera le plus grand du genre en France, où Milli Gorus en gère 71 avec plusieurs dizaines de milliers de membres.

Cette association turque manifesterait des velléités « expansionnistes », selon plusieurs, dont Samim Akgönül, directeur du département d’études turques de l’université de Strasbourg : « Ankara encourage fortement les musulmans d’origine turque à s’engager dans les structures de l’islam de France ». Certains la comparent même aux Frères musulmans, lesquels souhaitent étendre l’islam politique sur les cinq continents.

S’en prenant aux propos tenus par des politiciens français, Mili Gorus a quant à elle dénoncé ce qu’elle appelle « l’ingérence des politiques du culte musulman ».

Des appuis chez les bureaucrates

Si Gérald Darmanin veut se débarrasser de cette association aujourd’hui honnie, celle-ci a pu néanmoins compter par le passé sur l’appui d’éléments de l’État français.

Libération, cité par Rue 89, rapporte à ce propos que « la préfecture du Bas-Rhin a autorisé en 2019 l’association Vision, une composante de Milli Gorus Grand Est, à ouvrir une école élémentaire privée hors contrat ».

Puis les Dernières Nouvelles d’Alsace, encore une fois citées par Rue 89, révèlent que la Direction régionale et départementale de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale a accordé une subvention de 2 500 euros à l’organisation turque.


Sources

i24 News, La Dépêche, Rue 89

 

Pour faire un don