Il doit livrer une allocution sur le sujet en compagnie de Kamala Harris, malgré ses liens passés avec Jeffrey Epstein. 

La vice-présidente américaine Kamala Harris et l’ex-président Bill Clinton s’exprimeront lors d’une rencontre organisée vendredi par la Fondation Clinton sur le thème de l’émancipation des femmes aux États-Unis et dans le monde.

L’événement, organisé par la Clinton Global Initiative (CGI), se concentrera entre autres sur les défis que doivent affronter les femmes en temps de pandémie. La femme de Bill Clinton, Hillary Clinton, doit aussi y participer.

On peut comprendre que la fondation familiale ait voulu de l’ex-président comme conférencier, mais ce choix est malgré tout difficilement justifiable. Dans un dossier complet appelé Jeffrey Epstein et les Clinton : une longue association, j’ai longuement fait allusion à la présence de Bill Clinton dans l’avion privé de l’ex-pédophile, appelé Lolita Express, ainsi que sur son île, Little St. James, mieux connue sous le nom d’Orgy Island.

Virginia Giuffre, l’une des victimes du réseau de prostitution d’Epstein, a elle-même affirmé avoir vu Bill Clinton sur l’île privée de l’ex-homme d’affaires, de même que Steve Scully, un ancien employé d’Epstein. Des dossiers de vol publiés en 2015 par le site Gawker montrent en outre que Clinton a volé au moins 26 fois à bord du fameux jet privé d’Epstein, des chiffres confirmés par le site FactCheck.org qui a calculé 6 voyages comptant 26 vols.

En janvier 2002, par exemple, l’ex-président, son assistant Doug Band et des hommes du Secret Service comptaient parmi les passagers sur un vol en partance du Japon vers Hong Kong avec Epstein, son assistante Sarah Kellen, Ghislaine Maxwell et deux femmes décrites uniquement comme « Janice » et « Jessica ». Un mois plus tard, Clinton faisait un saut de Miami à Westchester, dans l’État de New York, sur un vol qui comprenait également Epstein, Maxwell, Kellen et une autre femme dont l’identité n’a pas été dévoilée.

Sur Internet, des photos montrant Clinton avec de jeunes filles du cercle Epstein circulent depuis longtemps. Sur l’une de ces photos, Chauntae Davies, qui a accusé Epstein de l’avoir violée à plusieurs reprises, est vue en train de masser Clinton après un vol sur le Lolita Express.

Rien n’indique que l’ex-président démocrate ait obtenu des faveurs sexuelles des filles d’âge mineure qui se trouvaient au même moment sur Orgy Island, mais il reste que la fondation familiale aurait dû se garder une petite gêne et inviter quelqu’un d’autre pour parler de l’émancipation des femmes. 

Quant à Kamala Harris, elle était l’une des nombreuses voix féminines qui en avaient appelé à la destitution du juge de la Cour suprême Brett Kavanaugh en raison d’allégations de harcèlement sexuel qui pesaient sur ce dernier. Elle est pourtant restée silencieuse concernant les mêmes accusations déposées par plusieurs femmes contre le gouverneur démocrate de New York, Andrew Cuomo.


Sources

The Daily Caller, Twitter

 

Pour faire un don