Des experts nous avaient prévenus l’an dernier : nous aurons une double pandémie grippe-COVID. Elle n’est jamais survenue.

C’était en octobre dernier. Le New York Times publiait un autre de ses articles au message alarmiste : « Craignant une “twindemic” [double pandémie grippe-COVID], les experts de la santé réclament de toute urgence une vaccination contre la grippe », titrait le journal.

Le spectre d’une nouvelle vague de Covid-19, nous disait-on, donnait le frisson à ces experts, mais ceux-là redoutaient un scénario encore plus pessimiste : une saison grippale très sévère qui allait provoquer une double pandémie.

Le Dr Robert Redfield, ex-directeur des Centres de contrôle et de prévention des maladies des États-Unis, avait exhorté les dirigeants d’entreprise à trouver des moyens de vacciner leurs employés. De son côté, l’ineffable Anthony Fauci, qui accumulent les entrevues chez les médias adulateurs, avait supplié les Américains de se faire vacciner contre la grippe « afin que vous puissiez au moins atténuer les effets de l’une de ces deux infections respiratoires potentielles », soit la grippe ou le COVID.

Au Royaume-Uni, le premier ministre Boris Johnson avait qualifié de « cinglés » les Britanniques qui s’opposaient aux vaccins contre la grippe et avait lancé une vaste campagne de vaccination à travers le pays.

Mais voilà : la crise sanitaire ne s’est pas produite, tout simplement parce qu’il n’y a pas eu de saison grippale. Aux États-Unis, environ 2 000 cas de grippe ont été répertoriés depuis fin septembre. En général, c’est autour de 206 000 cas que ce pays dénombre chaque année pour la même période.

La grippe est disparue des radars pour plusieurs raisons, la première étant qu’un virus dominant, ici le COVID-19, tend à faire disparaître en totalité ou en partie les autres virus.

Mais peu importe : les mêmes experts qui nous alertaient des dangers d’une double pandémie nous préviennent cette fois que la grippe sera de retour et que l’épreuve sera pénible pour les mortels que nous sommes. Car notre immunité contre la grippe saisonnière a décliné pendant la pandémie en raison du manque d’exposition aux dernières souches d’influenza.

On devine le reste : en octobre, on nous demandera de nous faire vacciner contre la grippe et, surtout, de garder notre masque pour limiter les dégâts.

Du déjà vu?


Sources

The New York Times #1, #2

 

Pour faire un don