Sélectionner une page

Paul S. Rouleau, qui présidera la Commission sur l’état d’urgence, a entretenu certains liens avec le PLC de Justin Trudeau.

Le premier ministre Justin Trudeau a annoncé lundi la création de la Commission sur l’état d’urgence, une enquête publique indépendante qui fait suite à l’invocation de la Loi sur les mesures d’urgence en février lors des manifestations du Convoi de la liberté à Ottawa. Selon le bureau du premier ministre, la commission aura pour tâche d’examiner « les circonstances qui ont mené le gouvernement à déclarer l’état d’urgence et les mesures prises en réponse à cette situation ».

Le juge nommé par le PM pour présider ladite commission est Paul S. Rouleau, qui a œuvré dans diverses cours à travers le pays. Problème de taille ignoré par les médias traditionnels : Rouleau a un certain passé libéral.

Premier point à signaler : le juge a été un associé dans le défunt cabinet d’avocats Heenan Blaikie, de Montréal, qui a vu passer les anciens premiers ministres libéraux Pierre Elliott Trudeau et Jean Chrétien dans ses corridors. Il a aussi remis des dons au Parti libéral (PLC), dont le dernier, selon des documents obtenus par The Counter Signal, date du 18 octobre 2019. Cette année-là, Rouleau a effectué cinq dons pour un total de 450 $ au PLC. Il avait également remis un peu plus de 500 $ au même parti entre 1993 et 1997. On ne sait s’il a répété la manœuvre entre 1997 et 2019.

Rien n’indique que le juge adoptera un point de vue partial lors des audiences de la commission, mais il aurait été certainement plus judicieux d’en choisir un qui n’a maintenu aucun lien, ne serait-ce que distant, avec le parti au pouvoir.


Sources

Blacklock’s Reporter, CBC, Premier ministre du Canada #1, #2, The Counter Signal

Pour faire un don