Les dirigeants chinois craignent-ils leurs propres vaccins? Des chiffres tendent à confirmer en partie cette thèse.

Le gouvernement chinois fait des pieds et des mains pour encourager la vaccination chez sa population, mais il semblerait bien que la campagne de promotion ne parvienne pas à percer ses propres troupes. Le média The Epoch Times a mis la main sur des documents qui démontrent une certaine appréhension chez des dirigeants chinois à l’égard du vaccin.

Par exemple, à Xintai, une ville d’un peu plus d’un million d’habitants, seulement trois fonctionnaires du Parti communiste chinois (PCC) sur 66 ont accepté de se faire vacciner. Les récalcitrants ont énuméré les allergies, la grossesse, l’hypertension artérielle, le diabète ou même le rhume comme justifications leur permettant de se soustraire à la vaccination.

Dans tout le comté de Tai’an, dont Xintai relève de la juridiction, seulement quatre employés du Bureau du logement et du développement urbain, qui en compte 56, ont accepté de recevoir une dose de vaccin. Pour au moins un des fonctionnaires de ce comté, un mal de dents serait à l’origine de son refus de se faire vacciner.

Pour le moment, il est toutefois impossible de savoir si cette tendance au refus du vaccin chez les fonctionnaires chinois s’est élargie dans toute la Chine.

Le régime a mis beaucoup d’énergie dans la promotion de ses vaccins tant en Chine qu’à l’étranger, où 69 pays ont reçu des doses jusqu’à présent. Quatre compagnies chinoises ont investi dans le développement d’un vaccin anti-COVID. Deux ont réussi le test, soit Sinovac et Sinopharm. Deux autres, Cansino et Anhui Zhifei Longcom, en sont à la troisième phase des essais cliniques.

Il est difficile d’évaluer l’efficacité des vaccins de Sinopharm et de Sinovac, mais l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a confirmé le 31 mars qu’elle dépassait le cap du 50 %, le minimum requis pour qu’un vaccin soit autorisé.

À Hong Kong, au moins 12 personnes sont décédées à la suite d’injections du vaccin de Sinovac, quoique selon les dires du gouvernement chinois, rien ne prouverait que ce dernier soit directement lié à ces décès.


Sources

BBC, The Epoch Times

 

Pour faire un don