Filmé à son insu, le PDG de Facebook a admis qu’il craignait les effets à long terme des vaccins anti-COVID.

« Mettez en pratique ce que vous prêchez », dit l’adage. Une formule qui ne semble pas s’appliquer à Mark Zuckerberg, le PDG de Facebook.

En effet, le Project Veritas, un groupe journalistique à but non lucratif, a réussi un autre coup de maître en obtenant une vidéo qui montre Zuckerberg en train de tenir des propos qu’il reproche lui-même aux internautes.

La vidéo a été filmée à l’insu du PDG par une source à l’intérieur des bureaux de Facebook. En juillet 2020, donc, Zuckerberg disait s’inquiéter de l’impact qu’aurait un vaccin sur l’ADN d’un individu. « [Je] veux juste m’assurer de partager une certaine prudence sur ce [vaccin] parce que nous ne connaissons tout simplement pas les effets secondaires à long terme de la modification fondamentale de l’ADN », avait-il déclaré.

Plus tard, soit en novembre, Anthony Fauci, le scientifique à la tête du groupe chargé de coordonner la lutte contre le COVID-19 aux États-Unis, avait remis les pendules à l’heure lors d’un direct sur Facebook en précisant que les vaccins n’allaient aucunement modifier l’ADN. Zuckerberg en avait alors tenu compte.

Cette nouvelle pourrait ne sembler qu’une simple anecdote, mais elle met en évidence une contradiction flagrante : Facebook n’accepte plus que ses abonnés remettent en question les positions officielles défendues par les autorités sanitaires alors que son propre PDG s’interroge sur les vaccins. Entre publier des fausses nouvelles et poser des questions essentielles, la ligne n’a cessé d’être amincie par les apparatchiks de Facebook.

Le réseau social a justement annoncé la semaine dernière qu’il allait resserrer l’étau autour des « fausses allégations » concernant les vaccins anti-COVID.


Source

Project Veritas

 

Pour faire un don